Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour Philippe Val, Snowden est un « traître à la démocratie »

Le 10 mai 2014

Edward Snowden est un traître à la démocratie : ce n’est pas George Bush qui parle de l’ancien agent américain qui a dénoncé les écoutes massives de la NSA, mais Philippe Val, directeur d’une radio du service public français (et, on a de la peine à s’en souvenir, ex-patron de Charlie-Hebdo) !

Philippe Val est sur le départ de la direction de France Inter, et c’est sans doute pour ça qu’il se permet d’oublier le devoir de réserve auquel il s’est largement astreint depuis sa nomination en 2009.

C’est au cours d’une rencontre avec Les Amis du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France, que Philippe Val a tenu ces propos surprenants, et dont le Crif rend compte sur son site vendredi.

Selon le compte rendu en style indirect du Crif, Philippe Val, qui évoquait les raisons de la crise de la presse, a déclaré :

« Le fait que le prix Pulitzer ait été attribué aux journalistes qui ont révélé l’affaire Snowden est le symbole de la crise de la presse car Snowden est un traître à la démocratie. »

Il y a certes débat sur le geste d’Edward Snowden, mais le prix Pulitzer qui a récompensé récemment les journalistes du Guardian et du Washington Post qui ont fait connaître les révélations de l’ancien agent américain montre qu’une partie non négligeable de l’establishment américain pense que ces révélations étaient salutaires.

En faire le symbole de la crise de la presse place son auteur très à droite sur l’échiquier politique... américain, car même ceux qui, comme Barack Obama, condamnent le geste de Snowden, ne sont jamais allés aussi loin que Philippe Val.

La faute à Bourdieu

Parmi les autres raisons de la crise de la presse avancées, toujours selon le compte rendu du Crif, par Philippe Val, on relève :

- l’intérêt des jeunes journalistes pour l’idéologie de Bourdieu selon laquelle les dominants ont toujours tort et les dominés toujours raison ;

- les journalistes font la course au scoop. Il faut être le plus rapide mais le contenu déçoit donc les ventes chutent ;

- Internet reste une jungle dans laquelle la vérité peut être loin derrière le mensonge. La circulation des informations n’est pas toujours maîtrisée. On retrouve le pire d’Internet dans des « vrais » journaux ;

- l’inculture des journalistes télé qui passent leur temps à inviter des « experts » sur les plateaux, alors qu’ils devraient être capables de commenter eux-mêmes.

On savait Philippe Val depuis longtemps proche des thèses de l’aile néo-conservatrice américaine, mais on aurait pensé qu’il attendrait la fin réelle de son mandat à la tête de la principale radio du service public français pour exprimer des opinions aussi polémiques. Si on avait l’esprit mal tourné, on parlerait de « trahison de la démocratie »...

Source :
http://rue89.nouvelobs.com/2014/05/10/philippe-val-snowden-est-traitre-a-democratie-252075

Tag(s) : #Ferme ta gueule