Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rapport sur la 12e édition du Forum des Peuples du Mali à Ouélessébougou les 7 et 8 janvier 2017

Depuis le CADTM, le 30 janvier 2017

Du 7 au 8 janvier 2017 s’est tenue à Ouelessebougou (environ 80 km de Bamako) la 12e édition du Forum des Peuples sous le Thème « les peuples du Sud exigent des alternatives pour un nouveau partenariat économique, social et sécuritaire entre la France et les États africains » .

Organisée par la CAD-Mali en collaboration avec d’autres organisations de la société civile malienne en contrepoint au 27e Sommet Afrique-France.

Pourquoi est-il indispensable de s’opposer au Sommet France-Afrique ?

Le but principal de ce Sommet France-Afrique est de chercher à « intégrer » davantage l’Afrique dans la mondialisation capitaliste et à faciliter l’accès des multinationales du Nord aux ressources du continent africain et en particulier les entreprises françaises.

Ainsi donc, le Sommet France-Afrique est-il plus destiné à trouver des issus au capitalisme en profonde crise avec les ressources et les populations africaines qu’à promouvoir le développement de l’Afrique. Cette convoitise de la France explique largement la multiplication des interventions militaires, sous le couvert d’interventions humanitaires et de résolution de conflits, fomentées par des forces extérieures contre des pays stratégiques et pour la déstabilisation permanente de régions entières du continent qui regorgent de ressources naturelles.

Le seul et unique objectif de ces agressions impérialistes, déguisées sous des buts « humanitaires », est de contrôler les ressources de l’Afrique et sécuriser des bases militaires. La crise du Mali et la prolifération des groupes djihadistes en Afrique de l’Ouest sont le résultat direct de cette agression des pays occidentaux contre la Libye.

Et ce sont ceux qui sont les responsables de cette situation qui se présentent maintenant en « sauveurs » du Mali et en « protecteurs » contre les djihadistes !

La déstabilisation des pays africains et l’approfondissement de la crise économique servent les desseins des entreprises multinationales du Nord qui s’activent ainsi pour accaparer les terres aux paysans et contrôler les ressources naturelles du continent, comme l’eau, les ressources minières, halieutiques, etc.

Depuis 1994 et sous l’impulsion de nombreuses organisations françaises et africaines, des rencontres citoyennes se tiennent en marge des sommets africains organisés sur le sol français.

Ces rencontres ont pour objectif de rappeler que les relations franco-africaines ne doivent pas être une simple clause de style, de formules diplomatiques convenues, ni même un forum d’aliénation et de subordination.

Elles donnent l’occasion de formuler des revendications concrètes et instaurer des coordinations pour lutter contre la dette, la coopération militaire des belligérants, les accords commerciaux coloniaux, la chasse aux migrants, et pour les droits humains.

Ce Sommet Alternatif Citoyen a permis de créer un espace alternatif populaire pour la mobilisation, la réflexion et l’organisation de tous les mouvements sociaux qui s’opposent aux politiques qui renforcent le néolibéralisme et l’hégémonie des marchés.

Il dénoncera les réseaux de connivence, les porteurs de valise, les sectes mafieuses et les oligarchies financières qui instrumentalisent les relations entre nos peuples, organisent des élections truquées, bloquent les sanctions populaires, créent l’instabilité politique et les violences et érigent la corruption en mode de gestion politique et économique dans nos États.

Enfin, ce Sommet Alternatif Citoyen se veut un espace de résistance au néocolonialisme, au néo-libéralisme et à la démocratie tropicalisée, de construction d’alternatives pour un autre sommet Afrique France des peuples.

Lire la suite :
http://www.cadtm.org/Rapport-sur-la-12e-edition-du

Tag(s) : #Infos Internationales, #Alternatives