Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Israël] Pourquoi Benjamin Netanyahou est accusé de corruption

Le 2 janvier 2017

L’année 2017 commence mal pour le premier ministre israélien qui devait être longuement entendu par la police lundi 2 janvier à sa résidence de Jérusalem, sur son rôle présumé dans une affaire criminelle.

Conduits par le superintendant Schlomo Meshulam, plusieurs inspecteurs de la Division nationale des fraudes devaient interroger lundi 2 janvier le premier ministre Benyamin Netanyahou sur d’importants cadeaux reçus alors qu’il assumait des fonctions officielles.

Ils proviendraient d’au moins deux hommes d’affaires, un Israélien et un étranger – le nom du milliardaire américain Ronald Lauder a été évoqué.

Tous deux ne sont pas considérés comme des amis personnels de Netanyahou, et les enquêteurs se demandent pourquoi ils ont offert sur un mode récurrent ces cadeaux et avantages, évalués au total à des centaines de milliers de shekels (1 shekel valant environ 0,25 euro).

À ce stade, il n’est pas question de « pots-de-vin », car la matérialité d’une éventuelle contrepartie du premier ministre n’a pas été établie.

Il reste que ce dernier a été averti que ses propos pourraient se retourner contre lui.

« Tout cela n’aboutira à rien parce qu’il n’y a rien »

L’enquête criminelle a été lancée avec le feu vert du Conseiller juridique du gouvernement, également Procureur général de l’État, Avihaï Mandelblit.

Elle a été précédée par neuf mois d’investigations secrètes de la police durant lesquelles une cinquantaine de témoins ont été interrogés.

À l’issue de l’enquête, en fonction des recommandations de la police, le procureur décidera s’il dresse un acte d’accusation inculpant Benjamin Netanyahou.

Dans ce cas de figure, le premier ministre serait acculé à démissionner, à l’instar de son prédécesseur Ehud Olmert, qui purge actuellement une peine de prison pour « corruption aggravée ».

Autant dire qu’au gré des fuites, déclarations et communiqués, cette affaire fera fatalement la Une des médias durant de longs mois.

« Tout cela n’aboutira à rien parce qu’il n’y a rien », répète à l’envi Benyamin Netanyahou, qui se dit victime d’une « campagne de déstabilisation » et accuse « la gauche, et la presse hostile » de vouloir provoquer son renversement, faute de pouvoir le battre à l’épreuve des urnes.

Le cousin de Benyamin Netanyahou visé par une enquête préliminaire

Il reste qu’il n’est pas au bout de ses peines.

Tous les médias israéliens évoquent en marge de ses déboires avec les cadeaux illicites, « une seconde affaire pendante, infiniment plus grave ».

La police maintient à ce sujet un épais voile de mystère pour se réserver l’effet de surprise.

En dix ans de pouvoir, Benyamin Netanyahou et son épouse Sarah ont souvent défrayé la chronique judiciaire, rarement à leur avantage.

Le premier ministre a par ailleurs reconnu avoir reçu en 2001 des fonds du magnat français Arnaud Mimran, condamné en France à huit ans de prison pour escroquerie.

Autre ombre ternissant sa réputation : celle de David Shimron, son cousin et avocat personnel, qui fait l’objet d’une enquête préliminaire sur des commissions perçues en usant de ses liens de parenté pour promouvoir de grosses transactions.

Les médias se sont émus des commandes contestées de trois sous-marins et six corvettes passées pour la marine israélienne, auprès de la société allemande ThyssenKrupp détenue à près de 30 % par un magnat proche-parent du ministre libanais de la défense.

Source :
http://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/En-Israel-police-sinteresse-cadeaux-Benyamin-Netanyahou-2017-01-02-1200814214

Tag(s) : #Infos Internationales