Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Lanceur d'alerte] Payé depuis 13 ans à ne rien faire, un cadre de la SNCF prend sa retraite

Le 19 août 2016

En août 2015, Charles Simon révélait qu'il était payé 5 000 euros par mois pour rester chez lui. Toujours sans affectation, il a pris sa retraite en juillet.

Ingénieur des mines, diplômé de l'Essec, cadre à la SNCF, Charles Simon, 55 ans, dévoilait l'année dernière dans Le Point.fr son étrange situation.

Pour avoir dénoncé en 2003 une fraude de 20 millions d'euros au préjudice de la SNCF, il aurait été depuis « placardisé ».

Non pas dans un bureau, ou le long des rails, mais à son domicile. Libre à lui d'aller pêcher le gros à Madagascar ou de faire la fête avec ses copains à Saint-Quentin (Aisne).

En clair, son employeur ne lui proposait pas d'affectation, se contentant de lui verser chaque mois 5 000 euros (y compris une indemnité de résidence et une prime de gestion).

Interrogée par Le Point.fr, la SNCF reconnaissait que Charles Simon n'était astreint à aucune tâche, mais elle ne souhaitait pas apporter d'explications sur son statut.

Ces treize années de repos forcé mais fort correctement rémunéré passent mal à l'intérieur comme à l'extérieur de l'entreprise.

D'autant que Charles Simon n'aurait pas été le seul cadre des chemins de fer tricolores à être payé pour rester chez lui.

Le 1er septembre 2015, la SNCF lui propose un poste au sein de SNCF Consulting, mais il ne va l'occuper que quelques jours, avant d'être déclaré inapte.

Le « placardisé » réclame alors le poste de contrôleur général « pour mener à bien un programme mani pulite absolument nécessaire au sein de la SNCF », dit-il dans L'Aisne nouvelle.

Charles Simon demande une protection de « lanceur d'alerte » et exige une « réparation du préjudice subi ».

« J'en ai pris plein la gueule »

En septembre 2015, il entame une grève de la faim, qui va durer vingt-trois jours. Il perd douze kilos.

Pour la presse locale, Charles Simon est devenu une star. Elle va même raconter, photo à l'appui, que pour mettre fin à sa grève de la faim il a mitonné « un mouton haricots au romarin ».

Les internautes du Courrier picard vont d'ailleurs choisir Charles Simon comme « personnalité de l'année 2015 ».

Mais, professionnellement, rien ne change. Il est toujours rémunéré pour rester chez lui.

Financièrement, a-t-il obtenu gain de cause ? « Je ne souhaite pas en parler. D'ailleurs, je ne veux plus parler de la SNCF », dit-il, annonçant avec un large sourire qu'il a finalement accepté de prendre sa retraite en juillet, à 56 ans.

On peut imaginer que pour se retirer cette grosse épine du pied et se débarrasser définitivement d'un gêneur, la SNCF a largement ouvert son porte-monnaie.

Dans les chemins de fer, la retraite n'étant calculée que sur les six derniers mois, il suffit de concéder à l'heureux salarié une substantielle augmentation, assortie d'un copieux dédommagement, pour l'encourager à partir.

Charles Simon reconnaît qu'il a parfois payé très cher sa brutale notoriété (des médias du monde entier sont venus l'interviewer). « J'en ai pris plein la gueule, car certains considéraient que j'étais un profiteur. Des inconnus m'insultaient au téléphone », raconte le jeune retraité.

Mais le pire pour lui, c'est d'avoir été accusé d'être un « mythomane » et un « affabulateur ».

En septembre 2015, toujours accompagné par la presse locale, il va se recueillir à Arras, avec son fils, devant la stèle des héros de la dernière guerre, où figure le nom de Charles Simon, qui serait son père, fondateur d'un réseau de résistants et déporté.

Deux Charles Simon sur une stèle

À peine la photo de Charles Simon devant la stèle paraît-elle dans le journal qu'une dame proteste : il ne s'agit pas du père de Charles Simon, mais de son grand-père à elle, ancien ouvrier ajusteur, mort au camp de concentration de Gross-Rosen en février 1945.

« En fait, il s'agit d'un imbroglio : il y a bien eu deux Charles Simon. Mais on a profité de cet incident pour tenter de me discréditer au moment où je revendiquais un statut de lanceur d'alerte et que je dénonçais la corruption au sein de la SNCF », lâche Charles Simon, qui nous a adressé de multiples documents attestant le passé de résistant de son père.

Ce dernier, toutefois, serait revenu vivant des camps de concentration.

Source :
http://www.lepoint.fr/societe/paye-depuis-13-ans-a-ne-rien-faire-un-cadre-de-la-sncf-prend-sa-retraite-19-08-2016-2062401_23.php

Tag(s) : #Divers Faits