Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Que ferait Sitting Bull ? »

Le 9 septembre 2016

Les Sioux de Standing Rock mènent le combat contre un nouveau projet d’oléoduc géant.

Depuis plusieurs semaines, les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, organisent la résistance contre un projet d’oléoduc géant, le Dakota Access Pipeline, qui menace leurs terres et leurs sources d’eau. L’affaire est en train de prendre une envergure nationale aux États-Unis.

Les grandes banques françaises - BNP Paribas, Crédit agricole, Natixis, Société générale - sont toutes impliquées dans le financement de l’oléoduc.

La mobilisation des Sioux (Lakota) de la réserve de Standing Rock contre la construction d’un oléoduc géant, qui passerait à quelques centaines de mètres à peine des limites de leur réserve, ne cesse de prendre de l’ampleur aux États-Unis.

De nombreux Amérindiens d’autres tribus et des militants de la justice climatique ont rejoint le gigantesque campement de tipis et de tentes organisé par les opposants.

Les Lakota craignent une contamination de leurs sources d’eau potable et la destruction de sites sacrés. Ils dénoncent aussi, plus globalement, la destruction de leurs terres et le mépris dont ils font encore l’objet par les entreprises et l’administration américaine.

Le projet Dakota Access Pipeline a été moins médiatisé que le projet d’oléoduc KeyStone XL car il a fait l’objet d’une procédure d’autorisation accélérée, qui lui a évité les déboires administratifs rencontrés par ce dernier.

Il est néanmoins comparable en termes de tracé (1800 kilomètres) et d’enjeu : en l’occurrence, acheminer le pétrole de schiste extrait dans la formation de Bakken jusqu’à l’État de l’Illinois et, au-delà, jusqu’aux raffineries du Texas et la côte Est des États-Unis.

Comme le montre une étude réalisée par l’ONG Food and Water Watch, le projet Dakota Access Pipeline et les entreprises qui le portent sont soutenus financièrement par une ribambelle de grandes banques internationales, parmi lesquelles – sans surprise – les groupes bancaires français, extrêmement investis dans le financement des énergies fossiles (lire nos articles).

BNP Paribas, le Crédit agricole, Natixis et la Société générale figurent parmi les banques qui ont directement financé le projet Dakota Access Pipeline, et toutes sauf la Société générale ont en outre accordé des crédits permanents aux firmes parties prenantes du projet.

BNP Paribas est engagée à hauteur de près de 450 millions de dollars US, le Crédit agricole à hauteur de presque 350 millions de dollars, Natixis de 180 millions et la Société générale de 120 millions. Soit plus d’un milliard de dollars en tout.

Lire la suite :
http://www.cadtm.org/Que-ferait-Sitting-Bull-Les-Sioux

Tag(s) : #Infos Internationales