Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Bordeaux] Quel est le prix moyen d'un loyer dans la Métropole ?

Le 27 septembre 2017

Les premiers résultats de l’Observatoire placent la Métropole dans la moyenne des autres grandes villes françaises

Pour la première fois, on connaît avec précision le niveau des loyers sur l'agglomération bordelaise. L'agence d'urbanisme de la Métropole vient de rendre public une vaste enquête dont les résultats sont difficilement contestables.

Il s'avère qu'en 2015, le montant moyen d'un loyer sur l'agglomération bordelaise s'élève à 640 euros. Cela correspond à une surface moyenne de 61 mètres carrés.

Autrement dit, le niveau moyen des loyers dans la métropole est de 10,5 euros le mètre carré.

Ce niveau est à peu près conforme à ce que les professionnels annoncent chaque année. Comme on peut désormais comparer avec des observatoires équivalents qui utilisent les mêmes méthodes de calcul, on sait maintenant que l'agglomération bordelaise affiche des loyers légèrement inférieurs à ceux de Lyon (2 % de moins environ sur les T2 et T3), mais un peu supérieurs à ceux que l'on observe à Nantes et Toulouse (de 3 % à 4 % de plus sur les T2 et T3).

Peu de grands logements

Bordeaux est donc devenue une métropole chère, mais finalement à l'image des autres.

Avec une différence notable : les loyers ont continué d'augmenter cette année, selon les professionnels, en raison du dynamisme de la métropole.

La prochaine enquête de l'agence d'urbanisme devrait le confirmer.

« Ce marché est sous tension. Il n'est pas facile pour les gens de trouver des appartements à louer s'ils veulent habiter près d'une ligne de tramway ou au centre », confirme Michel Duchène, vice-président de la Métropole en charge des grands projets d'aménagement urbains.

Ce dernier pointe aussi des doigts une difficulté majeure pour les familles.

Les grandes surfaces sont assez rares dans Bordeaux (les deux pièces et une pièce sont très majoritaires) et une partie de la métropole. Il faut bien souvent s'excentrer pour trouver de grands logements.

« Dans les opérations publiques, nous y veillons. Et nous incitons les promoteurs à réaliser des appartements de grande taille sur les opérations privées, mais ils sont souvent réticents », déplore l'élu.

« Cette situation est un héritage du passé. À Bordeaux, on a souvent préféré partager les immeubles en petits appartements dès les premières lois de défiscalisation, puisque c'était plus rentable », ajoute le président de la Fnaim Gironde Frédéric Lesvigne.

14,6 euros pour un studio

De ce point de vue, l'Observatoire des loyers est d'ailleurs éloquent.

Le loyer moyen pour un 1 pièce est de 14,6 euros le mètre carré, alors qu'il descend à 9,2 euros pour plus de 4 pièces. Le calcul est facile à faire pour un promoteur.

Il faut noter aussi que la moyenne des loyers n'est pas si différente entre le centre de la métropole et sa première couronne. Selon la taille du logement, on oscille toujours entre 9,2 et 14,6 euros le mètre carré.

C'est, selon l'a-urba, un effet de l'offre universitaire bordelaise qui s'étend bien au-delà du centre Bordeaux.

On voit bien d'ailleurs dans les chiffres de l'observatoire qu'il faut réellement s'éloigner vers ce qui est appelé « la métropole Nord-Est » et surtout « le reste de l'agglomération bordelaise », pour trouver des prix inférieurs à 9 euros le mètre carré.

Ce qui explique aussi pourquoi il est si difficile de circuler aujourd'hui dans cette métropole.

Un outil qui pourrait encadrer les loyers

C’est une enquête qui était attendue puisqu’il s’agit de la première du genre en Gironde. Une photographie complète des loyers de la métropole bordelaise, et du bassin d’Arcachon, à partir d’une longue enquête réalisée par l’Agence d’urbanisme Bordeaux Métropole Aquitaine (a-urba), à la demande des collectivités concernées et de l’État. Il s’agit des loyers de l’année 2015, et l’enquête a porté sur les loyers hors charge.

La collecte s’est faite de deux manières, soit par téléphone auprès des locataires, des propriétaires de logements, soit directement auprès des agences immobilières.

Ces règles de collecte sont validées par un comité scientifique national et sont identiques pour tous les autres observatoires des loyers en France, de manière à pouvoir comparer les chiffres.

8 904 logements

L’enquête a porté au total sur 8 904 logements locatifs loués vides dans l’agglomération bordelaise, dont 1 124 en gestion directe par un propriétaire.

L’agglomération bordelaise a été découpée en quatre zones par a-urba, selon une logique démographique et socio-économique.

Tous ces logements sont représentatifs du parc locatif de la métropole. Et les chiffres sont ainsi présentés par surfaces, nombre de pièces, et même ancienneté de la location.

Cet observatoire existait déjà depuis 1990 mais les données ne portaient que sur 700 logements. Cette fois, l’enquête est massive et elle permet de s’appuyer sur des chiffres fiables, calculés selon une méthodologie identique aux autres grandes agglomérations.

C’est sur cette base que les loyers ont été encadrés à Paris. Cet encadrement limite le niveau d’un loyer à 20 % au-dessus d’un loyer moyen, et à 30 % en-dessous.

Encore faut-il savoir ce que l’on entend par loyer moyen ?

L’observatoire sert justement à déterminer cette moyenne selon les secteurs. En théorie, cet outil pourrait donc permettre d’encadrer les loyers de la métropole bordelaise, puisqu’il s’agit d’une zone tendue comme le bassin d’Arcachon.

Pour l’instant, ce n’est pas le souhait d’Alain Juppé, président de la Métropole. La loi Alur a instauré le principe des observatoires, mais pour qu’ils encadrent les loyers il faut leur donner un agrément. Ce n’est pas prévu pour l’instant.

Source :
http://www.sudouest.fr/2016/09/27/un-loyer-moyen-de-la-metropole-de-640-euros-2514393-2780.php

Tag(s) : #Divers Faits