Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 [ZAC Montjoie] L'imagination occupe le terrain

Depuis le Journal de Saint-Denis, le 29 juin 2016

A l'emplacement de l'immeuble Synergie, démoli voilà un an, une friche de 5400 m2 a été investie par Mains d'Œuvres qui en disposera pendant deux ans. Avec les artistes qu'elle accueille en résidence, l'association audonienne y a inauguré le 26 juin un Espace Imaginaire avec cantine bio, containers aménagés, potager, ateliers de récupération...

Immense et vide, l’immeuble Synergie a longtemps imposé sa présence fantomatique à l’entrée de la ZAC de la Montjoie.

Edifié en 1990 pour abriter diverses activités, notamment pour le cinéma, il avait été acquis en 1997 par le groupe Goldman Sachs.

Racheté en 2000 par l’Etat, il devait accueillir une extension du CNAM, Conservatoire des arts et métiers. Mais à la condition d’une restructuration, dont le projet allait être abandonné en 2012.

Avec la région, maître d’ouvrage, la décision était prise d’une démolition-reconstruction, dont la première étape s’est concrétisée en juin 2015.

Aujourd’hui, là où les pelles mécaniques ont fait table rase d’un ensemble immobilier d’à peine 25 ans, s’étend une friche de 5400 m2, convertie aux valeurs d’un tout autre monde.

Cantine bio, toilettes sèches, potager, ateliers de récupération, etc., l’Espace imaginaire inauguré le dimanche 26 juin a été aménagé par Mains d’œuvres.

Désignée en novembre dernier parmi les 14 candidats de l’appel à projets lancé par la ville, l’association audonienne va disposer pendant deux ans du terrain.

Lequel est mis à disposition de la ville par la Région. Responsable du Pôle art et société à Mains d’œuvres, Mélanie Gaillard s’est d’abord attelée voilà quatre mois à la « phase de diagnostic partagé» avec les habitants et salariés qu’elle est allée rencontrer à la médiathèque, à la maison de quartier, etc.

Tous lieux recevant du public où se sont exprimés les besoins à satisfaire dans cet espace qui allait être aménagé avec le concours d’habitants du quartier par des collectifs en résidence à Mains d’Œuvre.

"Tout est bio, tout est local"

Récupérés auprès d’entreprises de la Plaine, trois containers ont été transformés en salon, bureau-atelier bricolage, et espace d’exposition par les architectes italiens d’Interazioni Urbane, qui ont aussi tiré de palettes et de pneus l’essentiel du mobilier.

Les Colombiens de Habitat Sin Fronteras ont quant à eux réalisé le potager pédagogique et conçu des animations pour observer la faune et la flore.

Comme les architectes, ils accompagneront par des ateliers l’ensemble du projet, où devraient intervenir à leur côté les gardes municipaux de l’environnement du quartier.

Et il y a les Tantines.

La « convivialité », inscrite aux fonts baptismaux de l’Espace imaginaire, est avant tout la leur, avec la cantine qu’elles prévoient d’ouvrir trois jours par semaine.

A leur menu à petits prix, en grande partie composé sur le mode récup, « tout est maison, tout est bio, tout est local. C’est du vegan qui ne dit pas son nom, afin que tout le monde quelle que soit sa religion, puisse venir s’asseoir en toute connivence », explique Amira Taoubas, qui doit pourtant s’accommoder d’être sans eau courante.

Comme elle, d’autres sur le terrain ce dimanche invoquent eux aussi leur ancrage dans ce territoire.

Ainsi Sophie Billard de l’association Air de jeu. Ou Marrion Park, fondatrice de Un pas de plus, association à la croisée de l’insertion et de la récupération créative.

Si leurs ateliers ont enchanté les gamins ce jour-là, ni l’une, ni l’autre, ne savent encore si elles accompagneront l’Espace imaginaire.

« La programmation sera co-gérée par les artistes de Mains d’Œuvres et les habitants », souligne Mélanie Gaillard, qui a concocté trois rendez-vous en juillet, dont le vendredi 1er.

Après vingt ans à Saint-Ouen où son bail arrive à échéance en décembre, l’association avec son équipe de vingt salariés vient d’esquisser vers Saint-Denis un premier pas. Après les 4000 m2 de l’ancien site Valeo, c’est aux Docks de Paris, à la Plaine, que sa directrice Juliette Bompoint dessine à présent l’avenir de Mains d’Œuvres.

Source :
http://www.lejsd.com/content/limagination-occupe-le-terrain

Tag(s) : #Alternatives