Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Islamophobie] Des exactions de plus en plus nombreuses

Le 28 décembre 2015

En raison des attentats de 2015, le Comité contre l'islamophobie s'alarme d'une flambée des actes contre les musulmans qui atteignent, selon lui, "un sommet".

Le saccage d'une salle de prière à Ajaccio s'ajoute à une longue liste, s'alarme le Comité contre l'islamophobie en France (CCIF). Têtes de sanglier accrochées aux portes des mosquées comme à Apt le 18 décembre, tirs de grenades, tags ou insultes, comme à Béziers le 8 octobre, la liste est longue.

Lors de la présentation de son rapport 2015, en février, le comité s'inquiétait déjà vivement d'une flambée des actes islamophobes après les attentats de janvier : il avait recensé 128 actes en trois semaines, dont 33 attaques de mosquées.

"Notre constat, il est dramatique. Sur le premier semestre 2015, on a eu une augmentation de 23 % par rapport à l'année dernière. On est très inquiets", assure ce lundi 28 décembre Jawad Bachare, responsable régional du comité dans le Nord-Pas-de-Calais, à Europe 1. Selon la radio, "le mois de janvier a concentré à lui seul autant d'actes islamophobes que toute une année en région parisienne, région habituellement la plus touchée."

Les attentats du 13 novembre n'ont rien arrangé. Le CCIF a comptabilisé 222 actes islamophobes depuis cette date. En première ligne, les femmes voilées de plus en plus agressées, comme à Marseille le 18 novembre. Selon Jawad Bachare, "119 cas sont liés à ces discriminations".

Mais le comité va plus loin et dénonce des abus de la part des institutions, susceptibles, selon lui, d'exacerber l'islamophobie. En premier lieu, l'état d'urgence qui a généré quelque 103 actes qualifiés d'islamophobes par le CCIF, notamment des perquisitions abusives.

Autre cible du comité, l'école et une application de plus en plus restrictive du principe de laïcité. "Par exemple, on interdit de plus en plus souvent aux mamans voilées d'accompagner les enfants lors des sorties scolaires, dénonce Jawad Bachare.

Rappelons toutefois que, sur ce point, les textes sont ambigus.

En 2013, le Conseil d'État a rappelé le grand principe : les parents d'élèves ne sont pas concernés par l'obligation de neutralité du personnel de l'Éducation nationale et l'interdiction du port de signes religieux ostensibles par les élèves. Un principe qui semble contradictoire avec la circulaire Chatel de 2012 qui dispose que "les principes de laïcité de l'enseignement et de neutralité du service public sont pleinement applicables au sein des établissements scolaires publics.

Ces principes permettent notamment d'empêcher que les parents d'élèves ou tout autre intervenant manifestent, par leur tenue ou leurs propos, leurs convictions religieuses, politiques ou philosophiques lorsqu'ils accompagnent les élèves lors des sorties et voyages scolaires".

Cette ambiguïté n'a pas été levée par l'actuelle ministre qui a estimé que "dès lors que les mamans ne sont pas soumises à la neutralité religieuse (...), l'acceptation de leur présence aux sorties scolaires doit être la règle et le refus, l'exception".

Source :
http://www.lepoint.fr/societe/actes-islamophobes-des-exactions-de-plus-en-plus-nombreuses-28-12-2015-2005592_23.php

***
CCIF - Collectif contre l'Islamophobie en France
http://www.islamophobie.net/

Tag(s) : #Informations Nationales