Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Manifestation devant le Parlement danois, à Copenhague, le 6 octobre, pour réclamer l'assouplissement des conditions d'accueil des réfugiés.

Manifestation devant le Parlement danois, à Copenhague, le 6 octobre, pour réclamer l'assouplissement des conditions d'accueil des réfugiés.

Le 20 décembre 2015

Le gouvernement danois vient de proposer 34 mesures destinées à décourager les demandeurs d'asile de venir dans le royaume. Parmi celles-ci, la confiscation des objets dont la valeur excède 400 euros.

Le gouvernement libéral danois ne manque décidément pas d’inventivité pour décourager les demandeurs d’asile de rejoindre le royaume scandinave. Cet été, le ministère de l’Intégration s’était payé plusieurs pages de publicité dans les journaux libanais pour faire savoir aux candidats à l’exil qu’ils auraient bien du mal à obtenir un titre de séjour au Danemark. Le gouvernement récidive aujourd’hui en proposant 34 mesures destinées à durcir encore un peu plus les conditions d’accueil. Parmi celles-ci, la confiscation des objets de valeur des réfugiés à leur arrivée.

Mais c’était sans compter sur les réactions indignées du monde entier, qui évoquent, pêle-mêle, la spoliation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et le manque de goût d’un gouvernement prêt à tout pour rebuter les réfugiés ayant choisi de venir s’installer au Danemark – 20 000 d’ici à la fin de l’année, et 25 000 en 2016, selon les pronostics.

En déplacement à Bruxelles vendredi, le Premier ministre libéral, Lars Løkke Rasmussen, s’est d’ailleurs senti obligé d’intervenir, faisant la leçon à ses critiques. Le Danemark, a-t-il rappelé, « est construit de façon à ce que, si vous avez une fortune, vous vous débrouillez. Si vous n’en avez pas, la communauté paie. C’est le cas pour les bénéficiaires d’allocations sociales, c’est aussi le cas pour les demandeurs d’asile ».

« Valise pleine de diamants »

Dans le royaume scandinave, ce sont les déclarations du ministre de la Justice qui ont mis le feu aux poudres. Le 29 novembre, invité d’une émission de télévision, Søren Pind se veut rassurant. Pas question de saisir les objets ayant une valeur sentimentale. « Nous parlons d’une situation où un homme arrive à pied avec une valise pleine de diamants, tout en cherchant refuge au Danemark », lance-t-il.

Cependant, le Parti du peuple danois (populiste), allié parlementaire, s’est empressé de préciser que les diamants ne seront pas seuls visés, il y aura aussi l’argent liquide et les objets de moindre valeur − « les casquettes et les jouets ne seront bien sûrs pas concernés », a précisé le député Martin Henriksen.

Finalement, le texte, présenté mi-décembre, prévoit d’autoriser les policiers à fouiller les nouveaux arrivants afin de saisir les objets dont la valeur excède 3 000 couronnes (400 euros). Les biens « qui ont une signification particulière pour le demandeur d’asil e» sont exemptés, « à moins que les objets aient une telle valeur que ce ne soit pas spécifiquement jugé raisonnable ». En résumé, alliances, téléphones portables et montres sont exclus − sauf si c’est une Rolex…

Qu’adviendra-t-il des biens confisqués ?

Uffe Elbæk , leader du tout nouveau parti Alternativet, une formation écolo de gauche entrée au Parlement en juin avec 4,8 % des voix, est extrêmement critique : « Selon le texte, les policiers devront décider si les objets ont ou non une valeur sentimentale et s’ils valent plus de 3 000 couronnes. » Or, fait-il remarquer, non seulement « ils ne sont pas qualifiés », mais le texte de loi ne dit rien de ce qui adviendra des biens confisqués.

Et de s’interroger : « Si les réfugiés avaient vraiment des valises de diamants, pourquoi choisiraient-ils de traverser la Méditerranée en bateau, au prix de leur vie, puis de poursuivre leur route à pied, à travers l’Europe ? » Pour lui, « c’est une façon de peindre une image outrageante de gens en situation très précaire. Le plus dangereux, dans cette démarche, est la présentation : elle crée l’image que le réfugié, qui a quitté la Syrie, ne vient au Danemark que pour profiter de notre modèle social. C’est une reprogrammation dangereuse de nos consciences à propos de ce qui est bien et mal… »

« Des Picsou dans la foule ? »

L’écrivain et historien des idées Rune Engelbreth Larsen, qui signe une tribune dans le journal de gauche Politiken, demande pour sa part au gouvernement de se décider une bonne fois pour toutes : « Sont-ils tellement pauvres qu’ils ne viennent ici que pour toucher les aides sociales ? Ou bien se cache-t-il dans la foule des Picsou qui pourraient financer tout notre système d’asile ? »

Plus de 8 000 personnes ont signé une pétition pour demander le retrait du texte. Samedi 19 novembre, les pourfendeurs de la loi ont reçu le soutien de l’eurodéputé libéral Jens Rohde, une personnalité politique de premier plan au Danemark, qui a annoncé qu’il claquait la porte de son parti pour rejoindre les centristes, excédé par la politique migratoire menée par sa formation.

De leur côté, les sociaux-démocrates, qui ont décidé de soutenir le projet du gouvernement avec les autres partis de droite et les populistes, se font discrets et rappellent qu’ils votent sur un paquet de 34 mesures − parce que la situation est « extraordinaire ».

Parmi ces mesures : la baisse d’une série d’aides aux réfugiés, la construction de camps de tentes en zones rurales pour accueillir les hommes seuls, l’impossibilité d’obtenir le regroupement familial pendant les trois premières années passées au Danemark après l’obtention d’un titre de séjour…

Source :
http://www.liberation.fr/planete/2015/12/20/au-danemark-les-migrants-depossedes-de-leurs-objets-de-valeur_1422006

Tag(s) : #Migrant-e-s, #Infos Internationales