Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne laissons pas la Commune de Paris aux hipsters !

Le 2 juin 2015

Cent quarante-quatre ans après l’insurrection populaire et révolutionnaire, des hipsters parisiens tentent une OPA sur l’héritage de la Commune de Paris. Gerbant.

C’est une boutique discrète du 3ème arrondissement de Paris qui a attiré notre attention. Dans ce quartier chic du centre de la capitale, nous avons d’abord cru à une initiative militante : un fronton siglé « Commune de Paris, 1871 » avait en effet de quoi nous interpeller.  Etait-ce un nouveau local de l’Association des Amis de la Commune ?  Une nouvelle librairie libertaire? Allez, une galerie arty un peu radicale ? Que nenni.

L’expérience révolutionnaire à 150€

La boutique « Commune de Paris 1871 » n’est rien de tout ça. Juste un magasin de fringues hors de prix pour bobos-hipsters fortunés. Imaginez-vous des chemises en denim à 150€ et des foulards pastels à 50€ portés par de riches parisiens à mèches : vous avez saisi le concept. Mais alors quoi ? Pourquoi cette référence à la Commune de Paris, héritage révolutionnaire et populaire entre tous ? Parce que c’est old school et que ça marche, voilà tout.

A l’origine de la marque, trois garçons bien propres sur eux, anciens graffeurs et « créateurs » de mode autoproclamés qui flairent le bon coup et lancent en 2009 leur collection de sapes sous le sigle Commune de Paris.  « Avec un nom pareil, on souhaitait parler d’une identité française, et plus particulièrement parisienne, qui symbolise l’insoumission » expliquent-ils aux journalistes de LUI au mois de mai dernier. Tout est donc une histoire de marketing.

Derrière ce « symbole d’insoumission » se cache pourtant tout l’arsenal vestimentaire de la bourgeoisie moderne : « L’homme Commune de Paris est un dandy pas forcément sage ; c’est une peu comme ça que l’on perçoit l’identité parisienne. À partir de l’événement La Commune de Paris, on a voulu jouer avec l’insurrection. » Jouer avec l’insurrection ? Merci pour ceux qui en sont morts.

Et le symbole d’insoumission version hipster-du-marais vaut de l’or, au sens propre : plus bel exemple de l’arnaque monumentale de la marque Commune de Paris, ces broches en fil d’or frappées du « A » anarchiste. Vous avez le droit de vomir.

Rappel aux hipsters : la Commune de Paris c’est ça

Pour nous, et quitte à jouer les puristes, la Commune de Paris ne doit pas devenir un objet marketing. Ce n’est pas un support utilisable pour faire du fric à outrance en s’adressant à la jeunesse dorée parisienne. Tout simplement parce que c’est l’exact opposé des valeurs défendues en leur temps par les Communards.

La Commune de Paris, c’est avant tout un épisode hautement politique de l’histoire populaire. Ce sont les pauvres gens qui se dressent contre la bourgeoisie. C’est un peuple qui se soulève et qui se bat contre les corps armés d’une République pourrie. C’est aussi le peuple qui meurt de s’être soulevé pour sa liberté. Pour nous, la Commune de Paris ce sont  des dizaines de milliers de femmes et d’hommes réprimés et assassinés durant la semaine sanglante. C’est Paris qui vit ses heures de gloire puis ses heures de honte.

La Commune de Paris, c’est aujourd’hui  la mémoire collective de tou-te-s celles et ceux qui affichent les valeurs de partage, d’éducation, d’insoumission, de Révolution. C’est l’héritage du petit peuple de Paris. De celles et ceux qui galèrent et qui travaillent dur pour pas grand-chose. Ce n’est pas l’héritage de ceux qui peuplent les beaux quartiers et dépensent leur trop plein d’argent dans des fringues hors de prix.

Personne ne peut nous confisquer cet héritage au nom du merchandising, qui plus est pour son enrichissement personnel.  Nous ne laisserons pas faire.

NB : notre demande d’interview auprès des créateurs de la marque est restée lettre morte. Mais cela n’aurait pas changé grand-chose à notre regard sur la question.

Source :
http://www.poisson-rouge.info/2015/06/02/ne-laissons-pas-la-commune-de-paris-aux-hipsters/

Tag(s) : #Divers Faits