Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les "refuzniks" s'élèvent publiquement contre les méthodes de Tsahal dans les territoires occupés.

Les "refuzniks" s'élèvent publiquement contre les méthodes de Tsahal dans les territoires occupés.

Yep !

Paris-Match (Et oui...) dresse les portraits de jeunes Israélien-nes pacifistes qui s'opposent à la politique colonialiste de leur pays et refuse de porter les armes.

Grand courage ! Chapeau bas ! Hauts les coeurs !

***
Le 25 mars 2015

Chaque année, des centaines de jeunes citoyens s’opposent à l’intégration dans l’armée. Réservistes et soldats en activité, ces « refuzniks » s’élèvent publiquement contre les méthodes de Tsahal dans les territoires occupés. Ils créent des mouvements, diffusent des lettres d’indignation au Premier ministre, témoignent... A leurs risques et périls, car un grade militaire favorise la progression professionnelle. Ils ont fait leur choix.

Moriel A 25 ans, il est marié et habite à Tel-Aviv. Il garde en tête une scène traumatisante : « Juin 2007, j’avais 18 ans. Au village palestinien de Susya, sur les hauteurs de Hébron, des familles avaient reçu des ordres de démolition. Leurs maisons, construites illégalement aux yeux des Israéliens, allaient être rasées par des bulldozers. En face de moi l’un des soldats avait à peu près mon âge. J’ai senti sa peur, mais j’ai aussi éprouvé un sentiment de haine envers ce gamin bardé d’équipements, armé et casqué. A ce moment précis, j’ai compris que je ne servirais pas dans l’armée de mon pays. J’ai vu la violence de l’occupation et j’ai réfléchi. » Devenu écrivain, Moriel observe : « L’activisme est réservé à deux catégories de personnes, les opprimés et les privilégiés. Je fais partie de la seconde. »

Lorsqu’il reçoit sa convocation pour l’armée, Moriel rédige une longue lettre à l’état-major où il cite la Bible, Martin Luther King et les poèmes de Mahmoud Darwish. Il la poste sur son blog.

Pour son acte, qu’il qualifie de « minuscule pas vers la paix », Moriel passera plusieurs semaines en prison avant d’être reconnu « pacifiste » après d’interminables entretiens psychologiques. Il sera finalement libéré.

Les refuzniks marquent leur refus catégorique de l'occupation, au risque d'être considérés comme des traîtres

En Israël, le service militaire est obligatoire, deux ans pour les filles, trois pour les garçons. Seuls les Arabes israéliens (20 % de la population) – quelle que soit leur religion – et une partie des Juifs ultraorthodoxes sont exemptés.

Plus qu’un devoir citoyen, servir Tsahal est une institution fondatrice, souvent vecteur de cohésion et d’ascension sociales. Les faits d’armes et le grade feront office de CV et d’accélérateur de carrière, tremplin dans la vie professionnelle.

Les refuzniks, ou objecteurs de conscience, gagnent en visibilité depuis une quinzaine d’années. Ils s’opposent à l’armée et à leur devoir de conscrit, non pas par manque de patriotisme ou rejet de l’autorité, mais parce qu’ils veulent marquer leur refus catégorique de l’occupation, au risque d’être considérés comme des traîtres.

Protéiforme et fluctuant, le mouvement évolue au gré des périodes de calme relatif et de tension que traverse l’Etat hébreu. On ignore leur nombre exact, l’armée ne communique aucun chiffre, et la plupart ne font pas état de leur refus. Pour Denis Charbit, professeur de sciences politiques à l’Université ouverte d’Israël, c’est « un phénomène minoritaire mais qui a le mérite de faire réfléchir, d’ouvrir des débats ».

Lire la suite et les portraits :
http://www.parismatch.com/Actu/International/Ces-Israeliens-qui-refusent-de-porter-les-armes-refuzniks-732076

Tag(s) : #Palestine, #Infos Internationales