Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Mali] Paris élimine les chefs de deux groupes armés

Yep !

Quand l'armée française élmine les chefs de deux groupes armés au Mali, ça interpelle non ?

Pourquoi ne pas les capturer ? La justice Malienne n'avait aucune question à leur poser ? Il n'y avait donc aucun moyen de les prendre vivants pour que notre Etat se permette de deux tuer deux hommes - fussent-ils des crimminels - sans autre forme de procès et ce en territoire étranger ?

Que voulez-vous ! Nous ne sommes que des petites gens qui ne comprenons rien aux enjeux qui gourvernt ce monde, devenu si flou.

Mais on ne nous enlèvera pas de la tête que définitivement, Paris n'est pas la France !

m.

***

[Mali] Paris élimine les chefs de deux groupes armés

Le  21 mai 2015

L’opération commando s’est déroulée à l’est de l’Adrar des ­Ifoghas, en plein désert du Nord malien, entre Bouressa, sur la frontière algérienne, et Abeïbara. Lundi 18 mai au petit matin, les forces spéciales françaises ont tué deux importants chefs des groupes armés du Sahel : Amada Ag Hama, dit « Abdelkrim le Touareg », ­affilié à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), qui avait revendiqué l’assassinat des deux journalistes de RFI, à Kidal, en novembre 2013, et Ibrahim Ag Inawalen, cadre du mouvement Ansar Eddine. Les deux hommes étaient des rouages majeurs de ces organisations. Abdelkrim le Touareg, appelé encore « Al Targui », émir d’AQMI, était un membre charismatique de la tribu des Ifoghas et l’artisan du ralliement des Touareg à Al-Qaida.

En raison de son rôle éminent, il s’était vu, il y a quelques mois, proposer par l’émir d’AQMI au Sahara, Yahya Abou El Aman, de le remplacer, mais a refusé. En revanche, il avait pris la tête de la katiba Al-Ansar après la mort de son chef Abou Zeid, tué au Mali par les forces françaises au début de l’opération « Serval », en février 2013.

De nombreux actes de violences lui sont attribués dans la région, depuis l’attaque d’un poste au cours de laquelle onze gendarmes algériens ont été tués à Tinzaouatène, en 2010. Il aurait été responsable de la mort de l’otage français Michel Germaneau, tué après un raid militaire franco-mauritanien à l’été 2010. Mais aussi de celle de Philippe Verdon, en juillet 2013, enlevé au Mali avec Serge Lazarevic, libéré, lui, fin 2014. Al-Targui a également joué un rôle dans l’enlèvement à Arlit, au Niger, des otages d’Areva-Satom, puis dans leur libération. Avant d’être impliqué, ce que l’enquête judiciaire ouverte à Paris n’a pas confirmé, dans la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon de RFI.

Lire la suite :
http://www.lemonde.fr/international/article/2015/05/21/mali-paris-elimine-les-chefs-de-deux-groupes-armes_4637752_3210.html

Tag(s) : #Informations Nationales