Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Facebook] Tu n'y es pas ? Il te suit quand même !

Le 1er avril 2015

Facebook accusé de suivre les internautes qui ne sont pas inscrits chez lui.

Une étude belge affirme que Facebook enfreint la loi européenne en matière de cookies. Une information démentie par les porte-parole du réseau social.

Sur Internet, lorsque vous naviguez de site en site, vous tombez régulièrement sur des modules fournis par Facebook. Ce peut être un bouton « like », un lien « partage r» ou un renvoi vers la page officielle du site visité.

Ces modules, également appelés plug-ins sociaux, servent à pister les internautes, en gardant une trace de chaque rencontre avec un module de Facebook.

Mais d'après une recherche conduite par les équipes de deux universités belges, commandée par la commission belge de la vie privée, Facebook en ferait plus que de raison pour suivre les internautes. Le réseau social exerce un suivi considéré comme illégal par l'Union européenne. Repérée par le Guardian, cette recherche indique que même les utilisateurs qui ne sont pas inscrits sur Facebook sont susceptibles d'être suivis.

Cookies indigestes

Tout se joue au niveau des « cookies », ces fichiers conservés par les navigateurs Web après la visite d'une page donnée. Ils ont des fonctions diverses : par exemple, tous les sites qui utilisent des identifiants s'appuient sur les cookies pour garder un utilisateur dans sa session. Mais les plug-ins sociaux de Facebook surveillent l'activité des internautes à des fins publicitaires.

Lorsqu'un internaute visite une page de Facebook, même lorsqu'il n'est pas inscrit sur le réseau social, il reçoit un cookie qui l'identifie pendant deux ans - s'il n'est pas supprimé d'ici-là.

Dès qu'un utilisateur se rend sur une page qui comporte un plug-in social de Facebook, le réseau social l'identifie grâce à ce cookie initial.

Si l'internaute s'inscrit par la suite sur Facebook, certaines des publicités pourraient déjà être ciblées en fonction des pages qu'il a visitées, une éventualité que Facebook dément.

C'est une politique assumée par Facebook, dans sa page consacrée aux cookies, récemment mise à jour : « Nous utilisons des cookies même si vous n'avez pas de compte ou si vous vous êtes déconnecté(e). Par exemple, nous utilisons des cookies lorsque vous vous êtes déconnecté(e) pour (...) générer des statistiques concernant les personnes qui interagissent avec nos services et avec les sites Web de nos annonceurs et partenaires », explique le réseau social. Contacté par le Figaro, un porte-parole de Facebook affirme que ces statistiques ne sont pas personnalisées individuellement, mais agrégées.

D'après l'étude, le fait que Facebook ne demande pas de consentement pour envoyer des cookies à l'utilisateur violerait les règles européennes.

Lorsqu'un utilisateur visite un site pour la première fois, celui-ci demande généralement l'accord de l'utilisateur pour utiliser des cookies. Ce n'est pas le cas de Facebook. Le géant du Web, donc le siège européen se trouve à Dublin, met en avant les audits effectués par les autorités locales pour défendre la légalité de ses pratiques.

Facebook accusé d'enfreindre les règles européennes

La recherche contient une autre révélation.

Facebook trace les utilisateurs qui demandent explicitement à ne pas être pistés par Facebook.

Cette désactivation se fait grâce à un site de l'European Digital Advertising Alliance, qui permet aux internautes de refuser le pistage publicitaire. En effet, le réseau social dépose un cookie dans le navigateur de celui qui a demandé à ne pas être suivi. D'après Facebook, ce cookie n'est absolument pas utilisé à des fins publicitaires: il s'agirait d'un cookie de sécurité qui n'identifierait que des navigateurs suspects.

Sans donner plus de précisions, un porte-parole du réseau social affirme qu'il y a plusieurs erreurs factuelles dans ce rapport. Facebook aurait même essayé de contacter les chercheurs belges, sans réponse. « À ce jour, nous n'avons pas été contactés par Facebook, ni reçu de demandes de rendez-vous », affirment de leur côté les auteurs de l'étude au Guardian.

Source :
http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/04/01/01007-20150401ARTFIG00197-facebook-accuse-de-suivre-les-internautes-qui-ne-sont-pas-inscrits-chez-lui.php

Tag(s) : #Divers Faits