Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-François Copé aime Coca-Cola et vice et versa

Le 9 octobre 2014

Jean-François Copé et Coca-Cola : une love story en 3 actes.

Une bouteille au musée de Meaux, une taxe sur les boissons sucrées retardée et un nouveau client pour Bygmalion... Coca-Cola a bien profité de Jean-François Copé. Et vice-versa.

"Always Coca-Cola" ! Jean-François Copé a beaucoup fait pour le géant américain Coca-Cola. Et vice-versa. Dans un article publié jeudi 9 octobre, "Le Point" détaille la grande amitié entre l'ancien président de l'UMP et le géant du soda. Une histoire d'amour qui se joue en trois actes.

1. Meaux, Coca-Cola et Copé

Selon l'hebdomadaire, Coca-Cola aurait déboursé près de 50.000 euros pour que soit exposé au musée de la Grande guerre à Meaux, inauguré en 2011, une bouteille de la marque datant de 1917. "Une pièce rare, parait-il, retrouvée dans les tranchées de la Meuse", raconte "Le Point".

Sauf que... cette bouteille Coca-cola n'a jamais été exposée dans ce musée. "Peut être parce qu'elle a été dégotée par un collectionneur sur eBay où le "cour" actuel en donne 20 dollars", relève l'hebdomadaire.

Ce n'est pas la seule oeuvre de bienfaisance qu'a fait le géant américain du soda pour la ville de Meaux, dont le maire n'est autre que Jean-François Copé. Selon "Le Point", la multinationale aurait donné, pour le festival Musk'Elles de Meaux 30.000 euros en 2011, 15.000 euros en 2012, beaucoup de produits en 2013 et 30.000 euros en 2014.

2. La taxe sur les sodas, Coca-Cola et Copé

Retour en 2008. Valérie Boyer, jeune députée UMP, rédige un rapport explosif sur la malbouffe. Dans le viseur : Coca-Cola, forcément. Le rapport met en avant deux mesures qui pourraient nuire à la firme américaine : l'interdiction de la publicité pour les sodas lors des émissions de jeunesse et une taxe sur les boisson sucrées.

Ni une, ni deux, Jean-François Copé, alors président du groupe UMP, lâche lors d'une réunion : "La majorité d'entre-nous n'est pas favorable à la taxe sur les boissons sucrées", relate "Le Point". Selon le député UMP Yves Bur, Jean-François Copé aurait même menacé Valérie Boyer de découper sa circonscription pour provoquer sa défaite aux prochaines élections législatives.

Malgré les efforts du député-maire de Meaux, l'idée de la taxe refait surface en 2011, à l'initiative de François Fillon, alors Premier ministre. Un bras de fer s'engage. Coca-Cola menace de fermer une usine à Marseille. Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire UMP de la cité phocéenne, en colère, veut doubler le montant de la taxe sur les boissons sucrées.

Jean-François Copé, devenu secrétaire-général de l'UMP, tente de limiter la casse. Les copéistes balancent amendements sur amendements à l'Assemblée nationale. Même Patrick Balkany met les mains dans cambouis et propose d'alléger la taxe sur les sodas "contenant au moins 10% de jus de fruit" : "Une proposition sur mesure pour Orangina et Fanta, l'une des marques phares de Coca-Cola", explique l'hebdomadaire. En vain.

3. Bygmalion, Coca-Cola et Copé

Dernier acte, en 2012. Jean-François Copé est devenu le président de l'UMP après une lutte fratricide avec François Fillon, qui a déchiré le parti. Pile à ce moment-là, une certaine société Bygmalion, au coeur d'un scandale sur la création d'un système de fausses factures avec l'UMP pendant la campagne présidentielle de l'UMP, récupère un nouveau client : Coca-Cola ! 120.000 euros aurait été viré par Coca-Cola pour diverses prestations, révèle "Le Canard enchaîné", plus 15.000 euros pour un service d'e-réputation pour la patronne de Coca-Cola Europe, Dominique Reiniche.

Source :
http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20141009.OBS1631/jean-francois-cope-et-coca-cola-une-love-story-en-3-actes.html

Tag(s) : #Informations Nationales, #Divers Faits