Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maison solaire autonome et rentabilité

Le 3 août 2014

Maison solaire autonome : la rentabilité, une question absurde ?

Basculer vers l’autonomie énergétique est une démarche qui appelle de nombreuses questions. Ou affirmations. L’une des plus fréquentes est celle de la « rentabilité ». « Si je passe au tout solaire, sans EDF, il me faudra 8 ans pour que ce soit rentable » est une phrase fréquemment entendue ou lue. Certains vont parler de 10 ans, 12 ans avant « rentabilité ». Le calcul effectué est assez simple : additionner sa note EDF sur un an, celle de l’installation solaire, et diviser cette dernière par le montant EDF. Le nombre qui en ressort  est censé correspondre aux années passées à payer EDF jusqu’à atteindre le montant de l’installation solaire. Lorsque l’échéance est atteinte, c’est un seuil où l’on commence à « gagner » de l’argent, ou tout du moins, en économiser. L’électricité deviendrait alors « gratuite ». Pourtant, la démarche de l’autonomie énergétique ne fonctionne pas de cette manière. Particulièrement aujourd’hui.

Une époque particulière

Nous ne vivons pas en 1971, ni en 1979, ou encore en 1985, 99, ou même 2010. Toutes ces dates peuvent correspondre à des périodes bien particulières : celle où l’énergie nucléaire était à son apogée en France, celle de l’après choc pétrolier, des signatures d’accords financiers mondiaux, d’avant la catastrophe de Tchernobyl, d’avant la bulle Internet, du 11 septembre - et plus encore, d’avant la catastrophe de Fukushima.

L’énergie électrique nucléaire, le pétrole ou le gaz coûtent de plus en plus cher. Leurs limites ont été atteintes, et surtout, sont connues.

La compétition mondiale pour l’énergie s’est transformée en guerre pour l’énergie, avec des morts et beaucoup d’enjeux qui affectent durablement les populations d’un point de vue économique, celles des pays riches comprises, peu habituées  à se priver.

Le prix de l’essence ou du gasoil ne baissera pas.

Tous les indicateurs économiques mondiaux le démontrent : nous sommes définitivement entrés dans une ère du pétrole cher.

L’électricité nucléaire suit le même schéma, mais pour d’autres raisons : Fukushima a obligé, à juste titre, à un renforcement de la sécurité du parc nucléaire, avec des investissements très coûteux à la clef. Les centrales sont vieillissantes, et leur démantèlement est lui aussi très onéreux. En construire de nouvelles est une gageure technologique que le chantier de l’EPR de Flamanville souligne clairement, avec un triplement du prix initial de l’ouvrage.

Le prix du Kwh domestique a augmenté de 30% en 6 ans. Les projections pour les 5 ans à venir indiquent une augmentation comparable, sinon plus importante.

En cause ? La nécessité de rémunérer les actionnaires ou investisseurs, cumulée à un coût de  maintenance et de sécurisation des centrales de plus en plus élevé. Avec des inquiétudes importantes quant à des scénarios de sécheresse trop fortes ou des hivers trop froids qui pourraient mener à des black-out régionaux en France, selon un rapport de RTE en 2013.

L’époque est donc très particulière, et questionner l’autonomie individuelle solaire en termes du seul calcul de rentabilité financière semble un peu limité. Ce questionnement serait possible si nous étions à une autre époque, avec une progression normale des prix et des salaires, des enjeux énergétiques moins forts, de prix des infrastructures facilement finançables, d’une géopolitique moins complexe, d’une démographie plus douce, d’une économie mondiale moins agressive. Mais ce n’est pas le cas. Nous ne sommes pas en 1971…

Lire la suite :
http://reflets.info/maison-solaire-autonome-la-rentabilite-une-question-absurde/

Tag(s) : #Alternatives