Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Madrid - Récit d'un journaliste tabassé par la police et vidéos

Depuis le comité pour une nouvelle résistance le 1er avril 2014

Notre compagnon de La Haine raconte son arrestation sur #JaquealRey29M
par La Haine

Je couvrais la mobilisation Jaque AL Rey (Échec au Roi), prenant des photos et réalisant la couverture de l’action grâce au réseau social Tweeter. Depuis le début je pouvais constater une attitude de harcèlement de la part de la police, tant vis-à-vis de la presse que des manifestants. La côte du Congrès, comme en des occasions antérieures était barrée par des grilles et derrière lesquelles il y avait un imposant dispositif policier. Malgré ce qu’on rapporté plusieurs médias bourgeois il y avait plus de 50 personnes, nous étions entre 150 et 200 à l’intérieur de l’encerclement policier, et il y avait beaucoup de gens autour qui ne se risquaient pas à entrer dans le cercle. La police de ce côté de la barrière ne laissa pas les gens rejoindre la chaussée, elle contrôla les identités, un groupe de trois policiers passa entre les gens avec une micro caméra filmant les visages des personnes présentes, jusqu’à un gars qui avait une capuche (un parmi beaucoup d’autres, rappelez vous qu’il pleuvait à torrent), ils la lui enlevèrent et le menacèrent.

Au bout d’une heure on annonça la dissolution de la mobilisation et les gens commencèrent à partir peu à peu. A ce moment les agents de la UIP (Unité d’Intervention Policière en pleine phase d’expansion NdT) commencèrent à donner des coups au gens, à les pousser, avec une attitude très agressive. Ils poussèrent ma compagne et lui tordirent le bras. Les personnes qui se concentraient là commencèrent à se retirer en direction d’Atocha. La manifestation était considérée comme terminée, je rangeai ma caméra, et je suivis le mouvement avec ma compagne en direction d’Atocha., nous nous sommes arrêtés quelques minutes dans un bar pour saluer des amis.

Quand nous sommes sortis du bar, nous partis pour aller chercher ma voiture qui était dans le Passage Maria de la Cabeza, lorsque nous sommes arrivés à hauteur du Mc Donald nous avons vu un groupe de policier qui donnaient des coups à des gens pendant que des journalistes observaient la scène, nous nous sommes approchés pour voir ce qui se passait et les agents ont commencé à nous frapper aussi, ainsi que le reste de la presse présente, nous étions en trains de traverser le passage pour piétons,  pour aller vers la voiture quand un des agents agressa ma compagne, ma réaction fut de le pousser pour le faire reculer et arrêter l’agression, sa réponse fut d’une telle violence que je partis en courant essayant d’éviter qu’ils me tabassent.

Un autre agent arriva en courant derrière moi, et quelques mètres plus loin il se jeta sur moi me plaquant au sol, il posa son genou dans mon dos et commença à m’étrangler avec son bras, me coupant la respiration. Quand j’ai été complétement immobilisé et menotté, et quand ils se furent assuré à force de coup d’avoir éloigné la presse qu’il y avait aux alentours, sans prévenir il me donna un coup de poing dans le visage. Après m’avoir relevé alors qu’il me conduisait vers la fourgonnette, je criai « Je suis journaliste à La Haine, ceci est une arrestation illégale ! » sur ce, il me projeta violement dans le fourgon.

Au commissariat de Moratalaz, je fus traité plus ou moins correctement, je m’en tins à ne rien déclarer au commissariat et ils me descendirent au cachot, le policier qui effectua la fouille, avant de m’enfermer m’arracha une plaque du 22M (Marches de la Dignité) que je portais pendant qu’il criait « Putain de 22M de mes couilles ! », il me poussa violement contre le mur et pendant qu’il m’enregistrait il criait « je suis dégoûté rien que de te toucher ».

Le lendemain ils me conduisirent Place Castilla pour me présenter devant le juge et puis, ils me relâchèrent, en liberté provisoire, je suis accusé d’attentat contre l’autorité. J’avais des contusions sur tout le corps ainsi qu’un hématome à l’œil gauche à cause de l’injustifiable coup de poing de l’agent alors que j’étais totalement immobilisé. Mais j’ai le moral bien haut et une grande envie de continuer à informer ».

Source :
http://comite-pour-une-nouvelle-resistance.over-blog.com/article-madrid-recit-d-un-journaliste-tabasse-par-la-police-123178433.html

Tag(s) : #Infos Internationales