Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'arrivée de surhommes risque de créer une petite caste privilégiée

Le 12 février

Un regard perçant même la nuit, des capacités de calcul immenses... l'essor des techniques d'amélioration cérébrale pourrait bientôt créer des "surhommes", mais au risque de faire émerger une petite caste privilégiée, met en garde le Comité d'Ethique français.

Les techniques d'optimisation des performances neurologiques, intellectuelles et émotionnelles comportent des enjeux de santé publique mais également de choix de société, souligne le Comité consultatif national d'Ethique (CCNE) français dans un avis prospectif sur la "neuro-amélioration" biomédicale des personnes en bonne santé, rendu public mercredi.

Les candidats au statut d'humain "augmenté" recourent à des techniques détournées de leur objectif initial, thérapeutique ou de recherche, "dans un but supposé d'amélioration psycho-cognitive" : il s'agit de médicaments stimulants (Ritaline, Modafinil...) ou pour se sentir bien (anxiolytiques, antidépresseurs...) mais également d'appareils ou casques médicaux de stimulation cérébrale, magnétique ou électrique, "transcrânienne" (sans nécessité de percer l'os) notamment, ou encore de techniques pour apprendre soi-même à modifier en temps réel sa propre activité cérébrale ("neurofeedback") afin de mieux se concentrer ou se relaxer...

Une amélioration a pu être observée mais elle est "inconstante, modeste, parcellaire et ponctuelle", note le Comité d'Ethique. De plus, le rapport bénéfice/risque à long terme est "totalement inconnu" et l'exemple des amphétamines auxquels s'apparente la Ritaline fait craindre un "risque probable d’addiction".

Le Comité d'Ethique, qui appelle à la prudence et à la rigueur scientifique, déconseille fortement d'user de ces techniques "chez l’enfant, l’adolescent et les personnes vulnérables".

L'explosion des recherches sur le cerveau, l'implication considérable des militaires dans ces recherches, les avancées attendues de la convergence "NBIC" - combinant nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l'information et sciences cognitives - concourent au changement d'échelle et de nature des technologies de neuro-amélioration, note-t-il.

Avec les nouvelles modalités de perception (oeil bionique, vision infrarouge, etc.) et de commande à distance, au moyen d'interfaces cerveau/machine, pour écrire sur un ordinateur ou déplacer un objet, l'évolution est rapide et "ne relève plus de la science-fiction".

Lire la suite :
http://www.rtbf.be/info/societe/detail_l-arrivee-de-surhommes-risque-de-creer-une-petite-caste-privilegiee?id=8199358

Tag(s) : #Divers Faits