Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 8 janvier 2014

SOTCHI 2014. Pollution, corruption, expropriations : ces JO sont une farce, ignorons-les.

Organiser des Jeux olympiques d'hiver dans une ville au climat subtropical n'est pas une chose simple. Conséquence : les grands travaux entrepris pour faire de Sotchi un site olympique ont occasionné de nombreux dommages collatéraux. On parle d'expropriations, de corruption et de dégâts considérables pour l'environnement. Autant de raisons de boycotter l'événement ?

En 2008, les JO de Pékin avaient, avant la compétition, déchaîné les passions. On se souvient de Robert Ménard, président de Reporters sans frontières (RSF), qui appelait la délégation olympique française au boycott. Un appel resté vain, bien entendu.

Six ans après, à quelques jours des JO d'hiver de Sotchi, on n'entend pas un bruit. Pas une voix ne s'élève pour s'indigner de la tenue des Jeux dans cette station balnéaire russe. Oui, vous avez bien lu, une station balnéaire.

Une mascarade indigne de l'esprit olympique

Vladimir Poutine, puisque c'est bien de ses Jeux olympiques dont il s'agit, a réussi un tour de force admirable. Faire organiser les Jeux Olympiques d'hiver au seul endroit de Russie bénéficiant d'un climat subtropical. C'est ce qui est très bien expliqué dans l'excellent documentaire diffusé par Arte il y a quelques jours, intitulé "Quand Poutine fait ses jeux".

Ceux qui l'ont vu sauront de quoi je parle : impossible, après visionnage, d'imaginer une seule seconde regarder ne serait-ce qu'un match de hockey à la télévision durant la compétition. Ce serait se rendre complice de cette mascarade sans nom, indigne d'un esprit olympique définitivement rangé dans un placard fermé à double tour.

Certes, me direz-vous, il aurait fallu empêcher que cela ne se produise dès 2007 et la sélection, en dépit de toute logique géographique, écologique et économique, de la ville de Sotchi comme ville d'accueil.

Mais tout de même, à notre niveau, il nous est possible de dénoncer ce qui relève clairement d'une injustice totale.

Des maisons rayées de la carte

Expropriations, exploitation, pollution, corruption : ce sont les quatre maître-mots qui auront guidé le chantier entrepris pour que Vladimir Poutine réalise ses rêves de grandeur. Un chantier qu'il avait estimé à 12 milliards de dollars à l'origine. Le coût total de sa folie est aujourd'hui estimé à 50 milliards de dollars. Et encore, il y a fort à parier que l'on ne soit encore en dessous de la réalité, tant l'opacité règne autour de l'organisation de ces jeux.

Lire la suite :
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1141722-sotchi-2014-pollution-corruption-expropriation-ces-jo-sont-une-farce-ignorons-les.html

Tag(s) : #Infos Internationales