Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adieu intermittent

Par Jean-Christophe Marti le 17 février 2014

« Supprimer les Annexes 8 et 10 de l’Assurance chômage indemnisant les artistes et techniciens du spectacle vivant et de l’audiovisuel » : les Diafoirus qui prétendent  soigner le malade en le purgeant à mort ont encore frappé ! N’est-ce pas parce que « l’intermittence » a un sens économique et social beaucoup plus large, voire subversif ?

Quand je suis allé voir « mon » banquier pour solliciter très-humblement un prêt immobilier, j’ai été bien obligé d’en venir à mon « statut » professionnel : « je suis intermittent du spectacle ». Alors lui, tout sourire : « aujourd’hui, nous sommes tous plus ou moins intermittents ! »

Il voulait dire : « aujourd’hui nous sommes tous plus ou moins précaires » — et comment lui donner tort ? Mais sa repartie faisait écho, plus profondément qu’il ne l’imaginait, à la proclamation de la Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile de France (http://www.cip-idf.org/) dont je suis partie prenante. Proclamation qui reste la nôtre depuis la lutte de 2003 : « Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous. »

En effet, il n’a jamais été question pour nous de défendre un statut privilégié, ni de nous arc-bouter contre les remises en cause des acquis d’une corporation favorisée qui exigerait, du fait de ses services rendus à la sacro-sainte et exception-francisée « Culture », un traitement de faveur.

C’est radicalement l’inverse : notre lutte est née avec la conscience que l’intermittence est violemment attaquée par le Medef précisément parce que ses dispositifs pourraient inspirer une vision différente à la fois de l’indemnisation chômage, des droits sociaux tout au long d’un salariat intermittent, et des rapports de subordination employeurs-employés.  Autrement dit servir de « modèle », au moins conceptuel, à une vision du travail affranchie d’un certain  nombre de poncifs.

Libérée, en premier lieu, de ces couplets d’intimidations moralisantes que le patronat ne sait que reproduire stupidement, adossé à l’idéologie fallacieuse du « plein emploi » (modèle industriel, quoiqu’on en dise, le tertiaire fabriquant autant de « chaînes » et de rapports hiérarchiques impitoyables que l’usine) — idéologie relayée plus ou moins hypocritement par une partie de la gauche.

Lire la suite :
http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-christophe-marti/170214/nous-sommes-tous-des-intermittents

Tag(s) : #Alternatives, #Divers Faits